Budapest Local City Tips

Choisissez l`emplacement
Check-in
Check-out
 
RECHERCHER NOS CHAMBRES
23 octobre -1956 : Révolution, comment se préparer pour son voyage à Budapest

23 octobre -1956 : Révolution, comment se préparer pour son voyage à Budapest

Palma, Ivan 16-10-2018

Emánuel Csorba était un brave homme de 28 ans. En 1956, il vivait à Móricz Zsigmond körtér, un point de passage important dans la zone de Buda. Quand la révolution éclata contre l’occupation soviétique à Budapest le 23octobre, il a fait quelque chose auquel nous sommes habitués dans notre ère des smartphones: il a pris son appareil photo et il a commencé à faire des photos des évènements. Les photos ont été publiées pour la première fois longtemps après sa mort, lorsque son fils les a publiées sur Facebook 60 ans après la défaite pour la lutte de la liberté. Author: Dr Emánuel Csorba https://www.facebook.com/ferenc.csorba?sk=photos[/caption] Si vous visitez Budapest en octobre, vous pourrez combiner à la fois tourisme et une intéressante leçon d’histoire sur comment une petite nation de la taille de la Hongrie s’est affronté aux puissants soviétiques et a gagné pour un petit moment la liberté et l’indépendance. Même si les soviétiques sont finalement revenus et qu’ils ont écrasé la révolution, les hongrois sont vraiment fiers des évènements d’octobre 1956.Permettez-moi de vous raconter une petite histoire mais essentielle pour la Hongrie, et vous expliquer comment vous pouvez participer en cette commémoration si vous vous trouvez ici. Si vous êtes dans un de ces voyages où vous aimez vous informer sur les coutumes et l’histoire des lieux, vous allez adorer vous immerger en eux.

1956 en résumé

Les partis communistes ont commencé à s’emparer des pays de l’Europe de l’est après la Seconde Guerre Mondiale. Ils ont fait comme s’ils étaient du peuple, et pour le peuple, mais le vrai peuple les voyaient surtout comme des occupants et des oppresseurs. Très peu ont osé se rebeller et la révolution hongroise de 1956 fut la première grande lutte pour la liberté contre les envahisseurs soviétiques. [caption id="attachment_7676" align="aligncenter" width="1842"] Author: Dr Emánuel Csorba https://www.facebook.com/ferenc.csorba?sk=photos[/caption] Les évènements ont débuté quand les étudiants ont commencé à partir et à exiger des droits de la république libre. Le 23 octobre, des personnes de toutes les professions et conditions sociales se sont unis, et ont fini par se diriger à la Radio Budapest, où la police secrète mit le feu pour les disperser. Des batailles dans la rue ont alors commencé et un nouveau premier ministre (Imre Nagy, qui plus tard se convertira en martyre de la révolution) promit un changement. Et pour un instant l’effort paru symbole de victoire. Moins de deux semaines plus tard, le 4 novembre, les tanks soviétiques ont envahi la ville pour écraser la révolution, déclarant la victoire le 11 novembre. Quelques temps après la révolution, il était plus facile de passer les frontières (d’ailleurs, si vous connaissez à des hongrois âgés qui vivent à l’étranger, le plus probable c’est qu’ils soient partis à ce moment, avec les 200.000 hongrois qui ont décidé de tenter leur chance à l’étranger). Les gouvernements communistes finalement ont gouverné jusqu’à 1989, lors de la chute du Rideau de Fer.

Ce que cela signifie au jour d’aujourd’hui

En résumé Emánuel Csorba avait une histoire à immortaliser devant ses yeux. Ce que ça signifie aujourd’hui, 62 ans après, c’est une histoire différente. Beaucoup de monde profite simplement de ce long week-end de 4 jours (du 20 au 23 octobre), car beaucoup de magasins et restaurants sont fermés et la majeure partie des gens ne travaille pas. Pour beaucoup, surtout pour ceux qui ont des membres de leur famille qui ont été impliqués dans la lutte, 1956 est toujours un souvenir relativement récent. Les gens parlent de ça, les politiques essayent de réussir à avoir un soutien en se référant à ce souvenir. [caption id="attachment_7681" align="aligncenter" width="1842"] Author: Dr Emánuel Csorba https://www.facebook.com/ferenc.csorba?sk=photos[/caption]

Evènements: Comment faire pour que votre voyage à Budapest soit plus significatif

Il y a des évènements officiels dans toute la Hongrie, mais souvent ils ont un côté politique et dans le passé il y a déjà eu des épisodes violents entre des partis politiques qui se sont affrontés. De plus, ils sont souvent tous en hongrois. Les programmes incluent de hisser le drapeau national, et en général, la entrée gratuite au Parlement la journée du 23. Vous pouvez aussi impressionner les locaux avec vos connaissances sur le thème, surtout après avoir lu la mini leçon d’histoire juste avant, et avoir visité un des musées les plus intéressants de Budapest ou vu un film hongrois en relation : Maison de la terreur (Terreur háza) – Ce musée fascinant occupe maintenant l’ancien siège de la Gestapo à Budapest et plus tard de la police secrète communiste. Les expositions comportent des documents sur les deux régimes et commémorent les innombrables personnes torturées et assassinées dans leurs cellules.

Films

Mansfeld – L’histoire vraie d’un martyre adolescent dans la lutte pour la liberté pour commémorer le 50e anniversaire de la révolution. Children of Glory – Comme la révolution a coïncidé avec les Jeux Olympiques de Melbourne, ce film (du producteur hongrois de Terminator, qui abandonna la Hongrie en 1956) suit les exploits de l’équipe hongroise de waterpolo dans son affrontement avec leurs rivaux soviétiques. Le scénario a été mis entre les mains d’un autre hongrois-américain, Joe Esterhas connu dans Basic Instinct. Pour un documentaire sur le même thème, nous recommandons Freedom’s Fury dirigé par Quentin Tarantino. Sunshine (A Napfény íze) – Une belle histoire familiale de István Szabó, vainqueur d’un Oscar, avec dans rôle principal Ralph Fiennes, en suivant les Sonnenschein à travers les générations depuis la fin du XIXème siècle jusqu’au milieu du XX, 1956 compris. Avant et après la révolution ont été tournés deux autres films incroyables, qui expliquent simplement pourquoi les gens en avaient marre du communisme et ce qui s’est passé après. Le témoin (A Tanú) – Astucieuse satire de la Hongrie de l’époque de Staline qui fut interdite pendant dix ans à cause de son message politique. C’est un témoignage de l’oppression qui a conduit directement à la révolution. Les hongrois citent des slogans de cet homme de 50 ans, toujours vert, même au jour d’aujourd’hui. Time Stands Still (Megáll az idő) – Histoire de la majorité de deux adolescents, desquels le père a dû quitter le pays après la révolution et qui doivent accepter la charge de l’héritage familial dans les années 60. Beaucoup de critiques pensent que c’est le meilleur film hongrois de l’histoire.